Les carrières de lumière selon Picasso

Carrières de lumières en famille

Les carrières de lumières en famille un dimanche pluvieux

Les gens du sud ne me contrediront pas: – « Il fait vraiment un temps pourri ici en Provence en ce moment ». Se faire les carrières de lumières en famille nous a donc  parue être une bonne idée.

Là ou d’habitude on s’isole dans nos jardins avec nos barbecues et nos amis triés sur le volet les dimanches de printemps. Il faut bien admettre que nous, gens du sud, on est un peu perdus ces temps ci. Il pleut tous les jours depuis un mois! Mais voyons le bon coté des choses: on aura le droit de remplir nos piscines cet été…

Bref tout ca pour dire, qu’on a décidé d’aller se balader pas loin en allant visiter les carrières de lumières au Baux de Provence.

Picasso aux carrières de lumière
Balade des neuf-à-la-maison aux carrières de lumières .

Comme je suis « du sud » depuis une dizaine d’années seulement, j’aime encore faire la touriste dans ma région. Bon je dis ca mais je n’ai jamais mis les pieds sur le pont Saint Benezet (d’Avignon pour les non initiés). C’est un peu comme la tour Eiffel pour les parisiens. Bref je m’égare encore.

Les carrières de lumières aux Baux de Provence: un peu de culture!

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une ancienne carrière d’où la « pierre du midi » était extraite. Cette pierre servait à la construction de bâtiments et notamment à ceux du village des Baux de Provence. Mais l’ère industrielle imposa de nouveaux matériaux comme l’acier ou le béton plus économiques. C’est ainsi que les carrières fermèrent en 1935 .

Décor magique des carrières de lumière
Décor magique des carrières de lumières

 

Jean Cocteau fut séduit par le lieu et y tourna « Le testament d’Orphée » en 1960. Plus tard en 2012, le concept AMIEX® (Art & Music Immersive Expérience) y est développé et les projections sur les murs vous enveloppent totalement pour un rendu féérique.

Les Carrières de Lumières ouvrent donc en mars avec l’exposition numérique immersive : – « Gauguin, Van Gogh, les peintres de la couleur »,

Voilà c’était les onze lignes explicatives… pour plus d’infos c’est ici

Les carrières de lumières en famille au Baux de Provence: notre avis!

Je trouve que les carrières de lumières  en  famille constituent une sortie idéale avec les enfants:

  • D’abord, c’est couvert et il y fait frais. C’est donc à faire quand il pleut ou quand il fait trop chaud. Dans le même ordre d’idée c’est quand même mieux que Royal Kid… (voir article sur le Royal Kid de Vedène)
  • C’est de la culture pour les grands et les petits. Assister à une exposition de Picasso sur fond de musique classique et d’effets visuels envoutants permets aux grands de se cultiver et de briller un peu plus dans les diners:
    • – « Ah mais oui Picasso…j’adore les demoiselles d’Avignon mais sa période cubiste me laisse de marbre. »
    • Et aux petits d’en faire autant: « Maman? Pourquoi la dame a le visage tout défoncé??? »
  • Les enfants sont littéralement envoutés en entrant et nous aussi. C’est super fascinant ce son et lumières qui nous submerge et nous enveloppe. On a l’impression de rentrer dans les oeuvres. Bon chez les adultes ca dure un peu mais pas chez les enfants.
    • Avantage majeur du lieu: obscurité et musique très forte. Les enfants peuvent courir et hurler sans que personne ou presque ne s’en aperçoive.
  • Picasso et les maitres espagnols sont transcendés par ce procédé de lumiere et rien  que pour ça, ca vaut le coup!
  • En prime une petite échappatoire du coté de la fin des années 60 avec une série pop art psychédélique intitulée « Flower Power ». Images pop sur fond de musique sixties.  Ca nous donnerait presque envie de porter des lunettes rondes, de s’habiller en peau de mouton et … a vous de voir!

Carrières de lumières en famille: les points forts!

  • Déjà dit, mais c’est trop beau, trop decontenanssant, incroyable et magique…
  • L’exposition Picasso et les maitres espagnols est vraiment très réussie
  • Les toilettes sont très propres et c’est pas si courant dans les lieux touristiques
  • Le coin café est vraiment très agréable et cosy pour prendre un petit gouter
  • Même la boutique de fin est sympa. Et c’est assez rare pour être souligné

 

Café des carrières de lumière
Une petite pause gouter dans le magnifique café des carrières

Carrières de lumières en famille: les point faibles!

  • Du monde, du monde et encore du monde. Difficile de se garer, difficile de se frayer un chemin dans les carrières, et les chinois…il y a même des chinois.
  • Très cher…beaucoup trop cher:
    • Plein tarif : 12,5 €
    • Tarif réduit : 10,5 € (7-17 ans, étudiants, demandeurs d’emploi, personnes à mobilité réduite, porteurs du pass Education – sur présentation d’un justificatif en cours de validité de moins de 6 mois)
    • Tarif famille : 40 € (pour 2 adultes et 2 enfants de 7 à 17 ans)
      • Oui sauf que nous, notre famille c’est 2 adultes et 5 enfants!
  • Je regrette de ne pas avoir pu acheter un poster à la sortie.

Mais franchement on reviendra!

Cet été, les carrières proposent de nous faire revivre les expos plus anciennes au cour de plusieurs soirées et c’est vraiment très tentant.

Et enfin: les enfants ont adorés!

 

Site officiel c’est ici…

Atelier rempotage epicurium

L’Epicurium de Montfavet à Avignon avec les enfants

L’Epicurium d’Avignon : on se laisse tenter…

Ça fait bien 10 ans que je suis dans la région et que je connais l’existence de l’Epicurium d’Avignon. Je dois bien avouer que ça ne m’a jamais vraiment tentée. Je ne saurai pas dire pourquoi. D’abord, je m’imaginais que ce musée du végétal  était un énième marché producteur ou encore  un atelier thématique pour les « parisiens » qui ne sauraient pas faire la différence entre une courgette et un poivron. Bref, rien ne me destinait à m’y rendre. Mais j’ai fait la rencontre au Halles d’Avignon d’une ambassadrice du lieu qui a su détruire mes idées préconçues. Elle m’a convaincu de passer faire un tour à l’occasion et d’organiser une visite de l’épicurium avec les enfants.

Cette semaine fut la bonne. Deux jours fériés et un mercredi, il me fallait un programme de choc pour éviter le saccage de mon appartement par mes deux petits monstres en cage. J’ai réussi à caler la visite de l’Epicurium entre un cours de gym et un tour au manège.

Coté verger : balade au milieu des arbres fruitiers

On a commencé par tourner un peu car il faut bien dire que le lieu est mal indiqué. On se pense sur le  parking de Naturex et non au porte de cet univers végétal. Le parking est désert… L’inquiétude monte en moi!

Je repère une petite porte et une hôtesse très agréable me confirme que nous sommes au bon endroit. Elle nous invite à nous rendre coté verger pour démarrer par une activité de rempotage pour les petits.

On ne peut pas imaginer depuis le parking ce petit sentier fleuri et agréable qui nous permet de découvrir avec les enfants les différentes essences d’arbre fruitier de la région (abricotier, cerisier, vigne, amandier, pommier….). Chaque arbre est présenté par un petit texte simple et accessible aux enfants.

Chemin dans le verger de l'Epicurium

Un peu plus loin dans le chemin, un parcours sensoriel invite mes deux maraîchers en herbe à quitter leurs chaussures pour tester les sensations de marche pieds nus sur différents types de sol: rigolade assurée. Un ou deux virages plus loin, une serre abrite une multitude de fraises bien rouges et des boutures.

Mais revenons à notre atelier:  Cela n’aura pas duré très longtemps mais les enfants ont pu observer des jeunes pousses de basilic, de thym, de ciboulette et de menthe. Ils ont pu les rempoter et mettre de la terre partout. Sur les conseils de notre hôtesse, ils se sont montrés méticuleux et concentrés pour avoir le droit de ramener le fruit de leur petit pot à la maison. Je ne vous dis pas avec quelle fierté ils expliquent que cette ciboulette et que ce thym sont les fruits de leur travail.

Rempotage à l'Epicurium

La visite du verger se termine par l’observation d’une vaste ruche vitrée. Elle permet d’observer des milliers d’abeilles au travail. Je donne un petit cours de culture générale sur la fabrication du miel et sur l’importance de la sauvegarde des abeilles. Compte tenu de mon cadeau d’anniversaire (pour mémoire une ruche), c’était de bonne augure et les enfants ont été très attentifs.

Coté musée: le plaisir des ateliers sensoriels

J’ai vraiment été très agréablement surprise par cette partie. Plutôt habituée à la cité des sciences à Paris, je ne m’attendais pas au miracle. Mais bien au contraire, ce musée est certes petit mais on ne peut plus adapté aux enfants. Chaque atelier est simple, accessible et intéressant. Les ateliers sont participatifs et font appel aux cinq sens. La simplicité des explications et des jeux permettent de retenir l’attention des enfants d’avantage. Meme Automne, qui n’a pourtant que 5 ans a regardé  une vidéo sur la mise en sachets de la salade Florette. Gaspard, quant à lui, a super bien retenu les sept familles de légumes. Il m’organise depuis des devinettes à la maison.

Atelier sensoriel Epicurium

Bref c’est petit mais très bien pensé!

Coté potager: Le plaisir des sens

La encore, que du bonheur! Les enfants ont pu observer tout un tas de légumes en terre comme des artichauts et des asperges. Ils ont pu froisser sous leur doigts les différents types d’herbes aromatiques pour savourer la richesse des odeurs de mère nature. Ils ont même pu goûter au passage quelques fleurs comestibles comme le bleuet.

Potager Epicurium

.Comme on dit dans la région ils se sont régalés.

On reviendra volontiers musée du jardin

En résumé, on conseille à mort! C’est vraiment très chouette même si comme ça sur le papier ca fait pas rêver et qu’on se demande sur le parking ce qu’on fait ici. Que vous soyez du coté d’Avignon ou en vacances dans la région, Autome et Gaspard vous le recommande.

J’ai récupèré le programme car il semblerait que l’Epicurium organise des ateliers pour adultes autour de la cuisine et des ateliers pour enfants pendant les vacances scolaires.

Nous c’est sûr on reviendra!

Balade bucolique dans les Dentelles de Montmirail à Gigondas

En ce dimanche de printemps, on avait envie de nature et de jolis paysages main dans la main en amoureux. C’est l’avantage de notre famille recomposée: la garde alternée qui nous permet de nous retrouver à deux, une semaine sur deux.

A moins d’une heure de route d’Avignon, il a de très nombreux lieux à découvrir et nous avons opté en ce dimanche pour une petite randonnée dans les « Dentelles de Montmirail » à Gigondas (84).

fullsizeoutput_620.jpeg
Gigondas

Dés notre arrivée, le petit village de Gigondas niché entre les vignes et les dentelles imposantes, nous accueille dans son décor charmant et plein d’histoire  Un petit coup d’oeil sur la vitrine d’une agence immobilière pour nous rendre à l’évidence : jamais nous ne posséderons un mas dans ce décor magnifique. C’est pas grave! La beauté de la nature est gratuite, elle.

 

Vignes de Gigondas
Balade bucolique dans les vignes de Gigondas

On démarre notre balade par une jolie montée à travers les vignes de Gigondas. Armés d’une carte IGN et d’un guide de petites randonnées, on ne craint rien! Mais après une bonne heure de marche et quelques débats enflammés sur l’importance de l’orthographe pour les enfants et sur la notion d’intelligence, il s’avère que les indications du guide ne sont plus très conformes aux paysages que nous croisons. Pire encore…Nous ne voyons plus les Dentelles de Montmirail. Un peu dommage dans la mesure ou nous étions venus pour ça. Il faut voir le bon coté des choses: on est tombé d’accord sur certaines règles éducatives.

On rebrousse donc chemin pour enfin arriver à l’intersection que nous avions loupée bien 3  Km plus haut. Avec finalement 7 km dans les pattes alors qu’on est à peine à 1 km du départ de la balade officielle, il est temps de poser nos fesses sur une aire  de pique-nique et de dévorer nos salades de régime.

Sentier des Dentelles de Montmirail
Sentier des Dentelles de Montmirail

On reprend la route après une petite demi-heure pour enfin trouver notre sentier et se hisser sur les Dentelles. Chemin caillouteux, végétation printanière, odeurs de mon enfance, et premiers parisiens en vacances…Tous les ingrédients d’une ascension réussie pour enfin atteindre le sommet et jouir d’une vue imprenable sur la Vallée du Rhône jusqu’au Lubéron et les Alpilles.

Dentelles de Montmirail
Balade dans les dentelles de Montmirail

 

Un fois mon sentiment de plénitude contemplative atteint, il ne nous reste plus qu’à entamer notre descente par ces jolis sentiers que quelques gouttes de pluie commencent à rendre un peu glissants.

Apres bien 10km dans les jambes, nous décidons d’être raisonnable et de couper afin de rejoindre le village de Gigondas.

Il est 17H30 et une fois arrivés, le caveau de Gigondas semble nous tendre les mains (ou devrais-je peut être dire les verres) pour finir notre périple par une petite dégustation des vins si bien charpentés de Gigondas.

Dégustation de Gigondas
Le vin de Gigondas dégusté au caveau de Gigondas

Conclusion: 10 KM de marche, 6 bouteilles de Gigondas achetées, des vues imprenables et des paysages sublimes. On ne peut que recommander une petite balade aux Dentelles de Montmirail de Gigondas.