Les carrières de lumière selon Picasso

Carrières de lumières en famille

Les carrières de lumières en famille un dimanche pluvieux

Les gens du sud ne me contrediront pas: – « Il fait vraiment un temps pourri ici en Provence en ce moment ». Se faire les carrières de lumières en famille nous a donc  parue être une bonne idée.

Là ou d’habitude on s’isole dans nos jardins avec nos barbecues et nos amis triés sur le volet les dimanches de printemps. Il faut bien admettre que nous, gens du sud, on est un peu perdus ces temps ci. Il pleut tous les jours depuis un mois! Mais voyons le bon coté des choses: on aura le droit de remplir nos piscines cet été…

Bref tout ca pour dire, qu’on a décidé d’aller se balader pas loin en allant visiter les carrières de lumières au Baux de Provence.

Picasso aux carrières de lumière
Balade des neuf-à-la-maison aux carrières de lumières .

Comme je suis « du sud » depuis une dizaine d’années seulement, j’aime encore faire la touriste dans ma région. Bon je dis ca mais je n’ai jamais mis les pieds sur le pont Saint Benezet (d’Avignon pour les non initiés). C’est un peu comme la tour Eiffel pour les parisiens. Bref je m’égare encore.

Les carrières de lumières aux Baux de Provence: un peu de culture!

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une ancienne carrière d’où la « pierre du midi » était extraite. Cette pierre servait à la construction de bâtiments et notamment à ceux du village des Baux de Provence. Mais l’ère industrielle imposa de nouveaux matériaux comme l’acier ou le béton plus économiques. C’est ainsi que les carrières fermèrent en 1935 .

Décor magique des carrières de lumière
Décor magique des carrières de lumières

 

Jean Cocteau fut séduit par le lieu et y tourna « Le testament d’Orphée » en 1960. Plus tard en 2012, le concept AMIEX® (Art & Music Immersive Expérience) y est développé et les projections sur les murs vous enveloppent totalement pour un rendu féérique.

Les Carrières de Lumières ouvrent donc en mars avec l’exposition numérique immersive : – « Gauguin, Van Gogh, les peintres de la couleur »,

Voilà c’était les onze lignes explicatives… pour plus d’infos c’est ici

Les carrières de lumières en famille au Baux de Provence: notre avis!

Je trouve que les carrières de lumières  en  famille constituent une sortie idéale avec les enfants:

  • D’abord, c’est couvert et il y fait frais. C’est donc à faire quand il pleut ou quand il fait trop chaud. Dans le même ordre d’idée c’est quand même mieux que Royal Kid… (voir article sur le Royal Kid de Vedène)
  • C’est de la culture pour les grands et les petits. Assister à une exposition de Picasso sur fond de musique classique et d’effets visuels envoutants permets aux grands de se cultiver et de briller un peu plus dans les diners:
    • – « Ah mais oui Picasso…j’adore les demoiselles d’Avignon mais sa période cubiste me laisse de marbre. »
    • Et aux petits d’en faire autant: « Maman? Pourquoi la dame a le visage tout défoncé??? »
  • Les enfants sont littéralement envoutés en entrant et nous aussi. C’est super fascinant ce son et lumières qui nous submerge et nous enveloppe. On a l’impression de rentrer dans les oeuvres. Bon chez les adultes ca dure un peu mais pas chez les enfants.
    • Avantage majeur du lieu: obscurité et musique très forte. Les enfants peuvent courir et hurler sans que personne ou presque ne s’en aperçoive.
  • Picasso et les maitres espagnols sont transcendés par ce procédé de lumiere et rien  que pour ça, ca vaut le coup!
  • En prime une petite échappatoire du coté de la fin des années 60 avec une série pop art psychédélique intitulée « Flower Power ». Images pop sur fond de musique sixties.  Ca nous donnerait presque envie de porter des lunettes rondes, de s’habiller en peau de mouton et … a vous de voir!

Carrières de lumières en famille: les points forts!

  • Déjà dit, mais c’est trop beau, trop decontenanssant, incroyable et magique…
  • L’exposition Picasso et les maitres espagnols est vraiment très réussie
  • Les toilettes sont très propres et c’est pas si courant dans les lieux touristiques
  • Le coin café est vraiment très agréable et cosy pour prendre un petit gouter
  • Même la boutique de fin est sympa. Et c’est assez rare pour être souligné

 

Café des carrières de lumière
Une petite pause gouter dans le magnifique café des carrières

Carrières de lumières en famille: les point faibles!

  • Du monde, du monde et encore du monde. Difficile de se garer, difficile de se frayer un chemin dans les carrières, et les chinois…il y a même des chinois.
  • Très cher…beaucoup trop cher:
    • Plein tarif : 12,5 €
    • Tarif réduit : 10,5 € (7-17 ans, étudiants, demandeurs d’emploi, personnes à mobilité réduite, porteurs du pass Education – sur présentation d’un justificatif en cours de validité de moins de 6 mois)
    • Tarif famille : 40 € (pour 2 adultes et 2 enfants de 7 à 17 ans)
      • Oui sauf que nous, notre famille c’est 2 adultes et 5 enfants!
  • Je regrette de ne pas avoir pu acheter un poster à la sortie.

Mais franchement on reviendra!

Cet été, les carrières proposent de nous faire revivre les expos plus anciennes au cour de plusieurs soirées et c’est vraiment très tentant.

Et enfin: les enfants ont adorés!

 

Site officiel c’est ici…

Jusqu'a quel age peut on avoir un enfant?

Jusqu’à quand peut on avoir des enfants?

Jusqu’à quel âge peut-on avoir des enfants ?

C’est la question que j’ai posée à ma gynéco lors de ma dernière visite de routine. La salle d’attente était blindée de femmes enceintes radieuses et je les enviais. Je revoyais toutes les fabuleuses étapes de la maternité. Qu’est-ce que j’ai aimé être enceinte, accoucher, allaiter, devenir et être mère….

Ma petite voix intérieure reprend le dessus pour me rappeler que je viens précisément pour renouveler ma contraception. Mais quand même… Cette question me trotte dans la tête.

Pourrai-je de nouveau être maman ?

La réponse du médecin est claire et biologique : « Techniquement, oui bien sûr. Ça sera faisable avant 42 ou 43 ans et après un peu plus difficile mais pas impossible. Vous avez 39 ans, il vous reste un peu de temps » …Ouf !

La réponse de la femme qui affiche à peu près mon âge : « Vous en avez déjà deux et c’est quand même plus difficile de retourner dans les couches à notre âge. Imaginez ! Gérer une crise d’ado à pas loin de la soixantaine » … Vu sous cet angle…

Pourtant, ça fait tellement envie. Je ne sais pour quelle raison, mais alors que je ne m’intéressais pas aux enfants des autres il n’y a pas si longtemps, je me mets à craquer devant tous les bébés qui me passent sous le nez. Mais c’est bien d’un enfant dont nous parlons, pas d’une glace au chocolat ou d’une paire de chaussure. L’envie n’est pas un argument suffisant pour se lancer de nouveau dans l’aventure de la maternité.

Cette salle d’attente m’a conduit à me poser la question assez sérieusement pour me sentir un peu en deuil en ce moment. Car oui, je vais avoir 40 et non je n’aurai plus d’enfant.

  • D’abord parce que justement je vais avoir 40 ans et que je n’ai, en effet, pas envie d’avoir un ado à 55 ans
  • Parce qu’avec ma famille recomposée, nous en cumulons déjà 5 et que ce n’est déjà pas mal.
  • Parce que j’ai trop peur à l’idée de devenir maman solo avec des enfants de pères différents
  • Parce que c’est quand même bien de pouvoir rester en amoureux une semaine sur deux
  • Parce que les décalages d’âges sont difficiles à gérer au quotidien
  • Parce que c’est une énorme responsabilité de plus à porter

Alors pourquoi suis-je envieuse à ce moment précis ?

Je crois que c’est à cause du temps qui passe.

Comme l’écrit la chanteuse Rose dans une de ses chansons : « Au lieu de vivre, je me souviens ».

Réaliser qu’on n’aura plus d’enfant, c’est réaliser qu’on n’est plus tout à fait jeune. Réaliser que nos bébés grandissent et s’éloignent un peu plus de jours de jours. Réaliser que nous ne rattraperons jamais le temps perdu. Réaliser que nous ne réparerons jamais les erreurs du passé. Juste réaliser que ce qui a été ne sera plus.

C’est peut-être ma crise de la quarantaine mais ce deuil de l’idée d’avoir un autre enfant fait écho à ma recherche de sens. Je veux vivre et ne plus perdre de temps. Je veux profiter de chaque instant et surtout de mes enfants. Mes ambitions passées me paraissent tellement creuses aujourd’hui.

Le sens de ma vie à cet instant est sous mes yeux : mes enfants, ma famille mon amour et cet étrange besoin de simplicité.

Les enfants à la gymnastique

Les activités sportives des enfants.

Les activités sportives pour les enfants: Bonne ou mauvaise idée?

Tous les enfants pratiquent plus ou moins une activité extrascolaire et le plus souvent un sport. Pour certains, c’est un loisir qui permet au mieux d’améliorer le motricité. Pour d’autres, le sport et les compétitions deviennent une vraie passion qui les occupent sur des durées relativement importantes.

Le sport oui mais la compétition, pour moi, c’était NON!

Du coté de Samuel, le sport et la compétition sportive de tout ordre sont érigés en passion familiale. Chez moi la pratique sportive représente plutôt une option occupationnelle des mercredis après midi et des vacances.

Nous avons eu des dizaines de débats et de désaccords sur les activités sportives des enfants  :

  • Et si le sport prenait le pas sur l’école !
  • Le sport déforme les enfants !
  • Le sport à haut niveaux  rend les enfants monomiaques.  Il y a autre chose dans la vie.
  • Diversité ou intensité ? Il faut tout essayer plutôt que de se concentrer sur une seule activité. Pour l’ouverture d’esprit je veux dire…
  • J’en peux plus du Rugby…
  • Et le sport sur la console ? C’est pas du sport ça !
  • Tout cela jusqu’à interdire le sport à la télé dans notre future maison. Je m’égare…Je consacrerai un article sur la télé plus tard.

« Mon fils fait du sport »

Comme, il n’y a que les abrutis qui ne changent pas d’avis, j’ai décidé de tester « mon fils fait du sport » sans rechigner pendant un an.

Gaspard a opté (sur mes conseils avisés) pour un sport individuel : la gymnastique artistique masculine.

Il fallait un sport où il ne soit pas embêté dans ses vêtements ou avec un équipement, un sport qui ne m’oblige pas à subir des supporters bedonnants et agressifs au bord d’un terrain, un sport qui ne m’oblige pas à regarder la télé et enfin un sport pas trop loin de chez moi parceque je ne suis pas Uber.

La gym englobait – de prime abord en tout cas – tous ces points.

Une séance d’essai plus tard,  Gaspard semble avoir des petites aptitudes. Le voila donc dés la deuxieme séance propulsé dans l’équipe de compétition avec 2 entrainements de 2 heures par semaine. Ca commence mal pour moi mais je dois tenir mes resolutions.

Ma première impression m’étonne moi-même. Je me suis livrée au jeu avec pas mal de réticences au début mais et j’ai finit pas me prendre au jeu. Je dirai donc avec du recul qu’il y a des points positifs et des points négatifs à ce que votre enfant pratique un sport à un  bon niveau.

Les avantages de la pratique sportive d’un enfant :

  • Il ne sera pas le « petit gros » de la classe. Le sport est évidement bon pour la santé mais il l’est aussi pour l’apparence physique. Sans tomber dans la caricature, tous les enfants (filles et garçons) que je vois à la gymnastique sont plutôt minces et athlétiques.
  • Il se fera pleins de copains. Qu’il s’agisse d’un sport collectif ou individuel, il est clair que les enfants s’éclatent entre eux et tissent des liens forts. L’esprit de compétition renforce cet esprit d’équipe qui ne va pas de sois pour tous les enfants. Gaspard est plutôt solitaire et cette émulation collective lui fait le plus grand bien.
  • Il apprendra à perdre. En sport, on ne gagne pas à tous les coups. On trouve toujours plus fort que sois et ca ne peut pas faire de mal à nos petites têtes blondes « d’enfants roi ». Bienvenue dans la vraie vie.
  • Il dominera sa peur car ce n’est pas rien de rentrer sur un terrain ou dans un gymnase comme on rentre sur scène. Des centaines de spéctateurs (les parents) qui hurlent dans les gradins auront rapidement raison de toute timidité.
  • Il prendra gout au dépassement de sois. Pour gagner ou s’améliorer, il faut travailler. Cela parait banal mais on voit bien que « pas tant que ca » pour tout le monde. Alors c’est toujours ça de pris pour votre enfant.
  • Il sera fier de lui car dés fois, il gagnera et cela lui procurera un vif sentiment de bonheur et de plenitude où il se sentira invincible. De la fierte bien placée, c’est bon pour le moral.
  • Enfin un point tres important. Pensons à l’adolescence… Nous avons plusieurs options : soit votre ado est à fond dans un sport et rêve de jeux olympiques soit il fume des joins sur la place du village avec ses copains et son scooter. Moi je choisi la première option.
  • La pratique du sport enseigne le respect des autres et ça aussi ça mange pas de pain.
  • Enfin, cette année de pratique sportive a permis de créer des liens entre les enfants de samuel et les miens qui partagent, de ce fait, des passions communes.

Les inconvénients de la pratique sportive d’un enfant :

Apres ce déploiement de choses positives, il va me falloir etre honnête et vous dire la vérité sur les inconvénients…Car il y en a :

  • C’est pas compliqué, notre vie familiale est totalement rythmée par les activitéssportives des enfants. Et ça c’est drôle mais que 5 minutes. C’est bien simple:  entre les compétitions des uns et des autres, les tournois, les entrainements et les stages, je passe plus de temps au gymnase qu’a la maison.
  • Moi qui voulait un sport pas loin, je suis pas gâtée. Il y a beau n’y avoir que trois compétions dans l’année, elles sont à 200 Km de la maison. Il faut donc se taper cinq heures de route, poireauter 6 ou 7 heures pour attendre les résultats, supporter Gaspard qui râle parcque c’est long dans la voiture…Bref pourrir le WE.
  • Les autres parents sont très sympa mais très à fond. On doit retrouver ça dans tous les sports j’imagine…Une sorte de réussite par procuration. N’étant moi-même pas du tout habituée à ce genre de démonstrations vocales, je suis toujours assez éberluée par les cris et les commentaires des « adultes » qui m’entourent. Quand une mère de famille régresse en peste de douze ans et commente la couleur des justaucorps des jeunes filles, je me demande si cette transformation va opérer sur moi…Mon Dieu non !
  • Je ne sais pas par quel miracle, le fait de pratiquer un sport autorise implicitement à regarder ce même sport à la télé et dans la tenue adéquate je vous prie. Vous comprenez, c’est de l’actualité ! Ouai mais bon, on est pas obligé de supporter toute la famille en short, en jogging et en justaucorps affalée sur le canapé. Et puis c’est la porte ouverte aux chaines sportives…Quelle horreur!

Je vote pour la pratique sportive des enfants quand même.

Bon si je dois voter, je suis a fond pour la pratique sportive de mes enfants.

Gaspard et sa gymnastique me font craquer. J’adore le regarder, l’accompagner à ses compétitions malgré tout, le voir heureux et enthousiaste. J’adore le voir partager ca avec les enfants de Samuel et créer un pont entre nos deux modes de vie.

Donc Samuel 1 – Julie 0.

Je cède sur la pratique sportive des enfants car sur ce coup là tu avais raison.

Mais par contre, la télé, je ne cederai jamais !