Not do list

Ma « Not Do List »

« Not Do List » – La définition :

« Not Do List » est une expression de mon invention (enfin je crois) qui consiste à regrouper dans une liste les trucs que j’aurais dû ou que j’aurais aimer faire mais que je n’ai pas fait ! En gros, c’est la mise en échec total de la fameuse « to do list ».

Les causes peuvent être diverses : procrastination, changement de programme imposé par un imprévu, débarquement inopiné de la famille, gastro du petit dernier ou manque réel de temps (si si je vous assure)…..  Bref, autant de causes possibles qui transforment une « to do list » en « Not do list » contre notre belle volonté.

Mois de juillet overbooké

Dire que mon mois de juillet a été bien rempli est un doux euphémisme. Je ne crois pas avoir déjà été aussi débordée de ma vie qu’en ce mois de juillet 2018. La longue liste de ma « to do list » ferait pâlir n’importe laquelle des pseudos coachs en organisation. Oui oui! Celles que tu trouveras sous le hashtag #débordée sur Instagram. Je les mets au défi de m’expliquer comment gérer tout ça avec des journées de 24H :

  • Nettoyer et remettre en « mode magasine déco » mon appartement Airbnb tous les 3 jours,
  • Peindre la chambre des filles, la cuisine, poser du carrelage métro, et nettoyer à fond la terrasse de ma nouvelle maison,
  • Acheter des meubles en précipitation parce qu’une demi table, 2 chaises et un banc cassé, c’est un peu juste pour sept à la maison,
  • Régler le doux travail administratif généré par notre prêt immo,
  • Faire des semis pour tenter d’avoir 3 salades en Octobre (oui je sais, ça j’aurai pu me l’éviter),
  • Plier 3 semaines de linge de toute la tribu en retard,
  • Ramasser tous les jours les crottes du putain (NDLR colère) de chien de Samuel (et oui c’est plus le mien du coup…) dans mon nouveau jardin,
  • Etre patiente avec mes enfants car ils m’ont manqué pendant deux semaines,
  • Travailler ! Ah oui ! J’oubliais ! J’ai un job prenant qui a nécessité 2 ou 3 allers/retours à Paris dans le mois,
  • Les courses !!! Il faut bien se nourrir !!!!
  • Et là, je vous passe les détails (la route, les repas, l’arrosage, gestion des bains, gestions des bagarres entre les enfants,  gestions des bagarres entre les animaux… etc…etc…

 

Travaux dans notre future cuisine
Travaux dans notre future cuisine

Alors !!!! J’attends !

Elles sont belles toutes ces coachs à deux francs qui bossent pas (pour de vrai je veux dire) et qui t’expliquent comment t’organiser à l’arrivée de ton deuxième enfant parce que c’est vraiment trop dur d’allaiter en devant gérer le premier !

                  #mamandébordée mon cul ! ….PFFFFF !!!!!      Fais une To Do List pour t’aider… (Trop niais!)

 

Ma Not Do List

Je suis fatiguée et je n’ai pas fait la moitié des trucs que je voulais ou devais faire. Ma Not Do list grandit à vue d’œil et la bascule en to do list  qui doit normalement s’opérer me parait déjà compromise pour Aout.

Mais bon je vais mettre ma « Not do list » par écrit histoire de me remémorrer que si j’avais du temps je ferai ca :

  • M’occuper de mes ongles de pied : une photo vaut mieux qu’un long discours.
Pieds abandonnées
Mes pieds après un mois d’abandon total
  • Organiser mon WE en Ecosse
    • Oui oui, on espère pouvoir s’accorder 3 jours de vraies vacances dans l’été (le luxe quoi !). Et l’Ecosse si loin, si perdue, si verte, si moutonneuse et si calme nous parait un bon plan. D’autant plus si j’ai le temps d’acheter un billet d’avion et de trouver un hotel.
  • Enchainer ma série du moment : la servante écarlate
    • Quand tu découvres une série à te couper le souffle mais que tu es contente si tu arrives à te faire un épisode par semaine. Quelle frustration ! Je rêve d’enchainer les épisodes et d’avancer cette superbe intrigue cloitrée dans mon lit pendant 48 heures.
  • Cuisiner le poulet qui est dans mon frigo depuis une semaine :
    • Ah non ! Trop tard !
  • Prendre le temps d’acheter des meubles autrement :
    • Je veux dire regarder, essayer, flâner, comparer et kiffer. Au moins sur Pinterest histoire de te projeter 5 minutes. En ce moment ça fait plutôt compulsif comme truc !
  • Acheter une voiture 7 places :
    • On parle pas d’une baquette de pain là. Le budget n’étant pas tout à fait le même, j’apprécierai d’avoir plus de 5 minutes pour choisir entre bien blanche ou bien dorée.
  • Lire les magasines que j’ai acheter dans le train :
    • Confère ma publication Instagram du 13 juillet 2018. Je n’ai toujours pas ouvert les précieuses lectures
magazines en attente de lecture
magazines en attente de lecture
  • Ecrire un bel article :
    • Oui on en parle ! C’est bien la peine d’avoir un blog si c’est pour rien mettre dessus. Quelle frustration de ne pas avoir le temps d’écrire tous les articles que j’ai en tête :
      • Les travaux… la fin d’un couple,
      • Le début de la famille recomposée…Les emmerdent commencent,
      • La nécessaire organisation militaire  des taches ménagères dans une famille nombreuse… (LOL)!
      • Le pourquoi du potager ? Oui au fait, pourquoi?
      • L’éloge de la solitude
      • Je déteste les grands repas du midi
      • …… J’ai trop envie d’écrire, je vais pleurer…
  • Dormir dans mon appartement sur Avignon comme si je n’avais rien d’autre à faire :
    • Retrouver ce doux sentiment de calme, flâner en ville, boire un verre à l’Ampellos
  • Tester ma piscine :
    • Oui oui, je sais pas encore si l’eau est bonne.

Ca y est j’ai finit

Bon aller j’arrête là mais la liste pourrait être bien plus longue. Et oui, je suis dans le train qui me ramène sur Avignon depuis ma journée de travail sur Paris et j’ai enfin le temps d’écrire un truc pour le blog. Et comme ma frustation est grande de ne pas pouvoir écrire plus, je vous fais un article de 20 kilomètres.

J’entends déjà Samuel : « C’est bien mais un peu long ! ». Pas grave ! je me lache, c’est mon moment à moi !

Le Burn out de la quarantaine

Ma crise de la quarantaine à moi

Ma crise de la quarantaine à moi

Je suis débordée

Cela fait maintenant deux semaines que je n’ai pas posé sur mon écran mes dernières pensées ou les derniers événements familiaux. Et pour cause! Je crois bien que je fais ma crise de la quarantaine. Elle n’est pas sexuelle mais existentielle.

Je suis fatiguée. J’ai le sentiment que je n’arrive pas à mettre de l’ordre dans ma vie. C’est assez difficile à expliquer. Je me sens débordée.

Débordée par mes enfants qui sont la traduction exacte de l’expression « avoir le diable au corps », par mon boulot, par mon appartement qui n’en finit pas de se mettre en quatre pour foutre le bordel, par mes émotions, par mon accroissement pondéral … La liste est longue, trop longue… Je me sens noyée.

Le Burn out point son nez

Ces deux dernières semaines ont été marquées par mes 39 ans, les 8 ans de mon fils, les 5 ans de ma fille, un défi professionnel usant, l’officialisation de mon divorce, des déplacements, des travaux pas terminés, des fêtes de belle famille en veux-tu en voilà…  Il faut ajouter à cela toute la culpabilité de ne pas faire ce que je n’ai pas eu le temps de faire.

Burnout ? C’est comme ça que ça s’appelle ? Non, non et non ! Pas le droit ! Trop de trucs à faire, à gérer et à penser. Un arrêt maladie ? Moi jamais ! Une défaillance ? Un peu d’indulgence avec moi-même ? Ça va pas non ! Une mauvaise nuit de sommeil et ca repart.

Je m’égare… On va vraiment finir par croire que je suis au bord du suicide. Je tiens à rassurer ma famille qui me lie assidument, ce n’est pas le cas. Je suis juste extrêmement fatiguée.

Je me demande en regardant en arrière à quel moment précis, j’ai loupé le créneau pour m’occuper de moi. En fait je n’ai rien loupé. J’ai juste pas été capable de m’imposer le vital, je n’ai pas su m’écouter, je n’ai pas su dire non ! Et là je flanche. Dans un an j’aurai 40 ans. L’heure est venue de faire ma crise de la quarantaine! Ma crise de la quarantaine existentielle.

Maman solo by working girl

Je suis dans un train qui me ramené de Paris. Il est 21H17. Pourtant cette semaine, j’ai les enfants et par chance je m’entends assez avec leur père pour qu’il accepte de me dépanner quand mon boulot prend le dessus sur mon organisation de maman solo.

Ça m’a fait de la peine ce matin de les quitter. Une peine que seuls les parents séparés peuvent comprendre. Alors que n’importe qui vous dirait : « Ca va ! C’est pas un drame  de pas voir ses enfants une soirée dans la semaine ! » Mais si on considère que l’on n’en n’a que 15 des soirées dans le mois et bien ca fait encore une en moins.

Alors, je questionne cette vie de femme active, de working girl de Province qui m’isole finalement plus qu’autre chose. Il faut dire que si un poste à responsabilité constitue une fierté dans les grandes villes. Ici, j’ai l’impression de devoir m’excuser d’exercer mon métier et de devoir minimiser la nature de mes fonctions  pour ne pas passer pour une vantarde.  Cette vie pourtant m’apporte son lot d’adrénaline et d’estime de moi-même, c’est vrai ! Mais elle ne me laisse que peu de temps pour l’essentiel.  Elle m’éloigne de mes enfants, de mes idéaux, de mes rêves…et ne me propose finalement pas de perspective.

Parfois je regrette de ne pas être cette parisienne pleine d’élégance que je croise dans le métro. Je regrette d’avoir quitté Paris et sa vivacité. Cette femme qui est certainement mariée avec un jeune et beau cadre brillant . Cette femme dans le métro qui parle de sa future mutation à Tokyo et de son Week end à Rome. Cette femme  qui semble sortir d’un magazine de mode bohème sans le faire exprès. Cette femme dont la vie semble si parfaite et qui est si belle sans le savoir. Cette femme qui ne semble pas cumuler les névroses et dont les ongles faits ne traduisent pas d’anxiété particulière. Mais même cette femme fera, elle aussi, sa crise de la quarantaine!

Moi: ménagère de moins de 50 ans?

A d’autres moments j’aimerai tous envoyer valser pour reprendre mes études. Faire un métier qui a du sens même s’il me faut accepter de décroitre. Passer plus de temps avec mes enfants. Cuisiner, faire un potager et fabriquer mon miel. Prendre soin de moi et de mon corps. Vous voyez! La femme épanouie dans son foyer..

Mais j’ai tellement peur de m’ennuyer. Cette vie de ménagère me gonfle. Je ne veux pas résumer ma vie aux activités sportives des enfants, aux fêtes de familles et à la tonte de la pelouse le Week end. J’ai peur de virer grosse et moche en cycliste léopard. Et je suis sur la bonne voie à en croire ma balance et ma garde-robe.

Hop Hop Hop, on se ressaisit. Mon horoscope me l’a dit ce matin. Ce que je vais entreprendre, je vais le réussir alors à quoi bon ruminer. Entre ces deux scénarios, il doit bien y avoir une troisième voie.

Et c’est décidé ! Je la trouverai et je ferai taire cette vilaine crise de la quarantaine.

Comment font les mères parfaites?

Comment font les mères parfaites?

IL est 21H04 et j’ouvre enfin mon application WordPress pour venir partager un petit quelque chose avec vous.

Mais je regarde autour de moi et je me demande comment font les « autres »…, les mères parfaites.

Mon appartement ressemble à une déchèterie:

  • La litière du chat occupe environ 3 m2 alors que le bac doit avoisiner les 80 cm2.
  • Le chat – encore lui – a vomi et je dois encore nettoyer
  • Ma table de salon est jonchée de : sac à main d’Automne, dessins de Gaspard, catalogue de cuisine pour la nouvelle maison, mon verre de vin, mes lunettes de soleil, la carte de « joyeuse Pâques » de l’école, mon foulard, un câble d’I Phone, le déodorant de Samuel et encore une petite vingtaine de trucs qui n’ont rien à foutre ici.
  • Ma table basse est surplombée d’un superbe bouquet de renoncule mais c’est vraiment de seul truc présent sur ma table basse par choix.
  • Une salle de bain en travaux et une autre dans un état proche des égouts de Paris un jour d’inondation.
  • Seule satisfaction: j’ai réussi à lancer le lave vaisselle et à laver du linge.

PFFFF

Mes enfants ne dorment toujours pas! « Maman viens voir! »; « Quoi? »; « Pour mon anniversaire je veux ca et ca et ca et encore ca »; « Putain il est 21H15! »… Evidement j’ai pas mis le Putain.

Comment font celles dont les maisons sont propres et rangées? Comment font celles dont les enfants sont couchés à 8H30 sans histoire? Comment font celles qui réussissent à récupérer leur enfants à 16H30? A faire les devoirs? A cuisiner des petits plats frais et Bio? A Prôner l’éducation positive sans jamais hurler?  Je suis vaincue. Je n’y arrive pas alors que j’ai l’impression d’en faire déjà beaucoup.

Un jour j’y arriverai

Peut être…