10 raisons de se lancer dans un potager

Les 10 vraies bonnes raisons pour vous lancer dans un potager

J’aime trop mon potager

Voilà plusieurs semaines maintenant que je vis à la campagne et que je me suis lancée dans mon potager. Plusieurs semaines aussi que je vous gonfle avec mes photos de salades et de courgettes.

Je dis ça, parce que s’il y a bien un truc qui est sûr, c’est que moi la première, je n’en ai strictement rien à cirer des photos de bols de céréales de mes collègues influenceuses. Alors comment puis-je croire un seul instant que mes ravissants pieds de betterave filtrés façon Instagram vous fassent vibrer autant que le nouveau sac de Caroline Receveur ? Comment puis imaginer que vous, derrières vos écrans, vous puissiez kiffer la life devant une motte de terre de mon potager ou un sachet de graine de navet ?

Qu’à cela ne tienne ! Je vais vous convaincre ! Vous influencer à grand coup de prosélytisme potagé. Je vais vous livrer les 10 vraies bonnes raisons pour se lancer dans un potager.

Je précise ici, pour ma mère surtout, que pour les besoins de l’article j’ai inventé le verbe potager et sa déclinaison en adjectif.

10 vraies bonnes raisons pour se lancer dans un potager

  • Ca occupe

Pour quelqu’un qui n’a le temps de rien, cette première motivation peut paraitre saugrenue. Mais pendant que tu potages, tu ne fumes pas, tu ne bois pas l’apéro, tu ne scotchs pas sur les réseaux sociaux, tu te concentres sur autre chose que tes problèmes de boulot… Bref quand tu potages, tu mets un peu de côté tes mauvaise habitudes et ça te fais pas de mal….

  • C’est jolie un potager

Il y a potager et potager mais cette activité peut être hautement créative. En balcon, en carré, suspendue… Rouge, vert, jaune, orange, mauve…. La palette des possibles est infinie. Un potager peut constituer à lui seule une véritable œuvre d’art végétale.

Jolie potager sur un balcon
Jolie potager sur un balcon
  •  Et puis ça détend!

C’est un truc de malade; mais gratter la terre, défoncer les mottes à grands coups de bèche, couper avec un sécateur ou repiquer des bébés salades doit augmenter ma production d’endorphine. Toutes ces odeurs, ces bruits, et ces matières sont apaisantes. La gestion du potager demande de l’attention et permet de focaliser nos pensées comme le ferait de la relaxation voir de la médiation en concentrant toute notre énergie neuronale sur un point.

La detente est dans le potager
La détente est dans le potager
  • Avec un potager, on bouffe bien

Bon, moi pas encore ! Parce qu’avec 3 courgettes et 4 salades en un mois, on ne peut pas dire que je m’autosuffise. Mais au moins, je suis sûre qu’elles sont VRAIMENT BIO mes courgettes. Et je découvre que la salade peut avoir un VRAI goût. Bon j’exagère un peu. J’ai toujours aimé bien manger mais le goût n’est vraiment pas le même que les légumes qu’on trouve sur les marchés.

  • Ca fait faire du sport

Oui oui, je vous jure ! Bon c’est pas une heure de cardio non plus mais c’est toujours mieux que de s’affaler dans le canapé. Porter des cagettes, soulever des cailloux, frapper le sol, tirer de tuyau d’arrosage… Tout ça pendant une heure : ça doit bien faire au moins 150 calories.

  • L’instinct maternelle du potager.

Sentiment étrange assez proche de la maternité. De la graine à l’assiette, cette petite tomate ne serait rien sans vous. Sans votre amour, votre temps, votre patience et vos soins… Alors quelle meilleure source d’autosatisfaction que de recevoir des amis et de leur dire : « C’est moi qui l’ai fait ! »

C'est moi qui l'ai fait
C’est moi qui l’ai fait
  • Le potager : sujet dans les diners?

Le potager c’est un peu comme la météo ou les enfants. Ça fait partie des sujets de conversation que tu peux aborder dans un diner quand tu es placé à cote d’un type qui n’a rien à voir avec toi. Avec un peu de chance il partage comme 17 millions de Français ton goût pour le potager et tu pourras débattre permaculture pendant une heure. Il pourra également de prodiguer des conseils utiles et respectivement. Et aussi incroyable que cela puisse paraitre, tu auras passé une bonne soirée qui aurait été pourrie autrement. Ça t’a même un peu ouvert l’esprit et le cœur sur autrui.

  • On bronze bien dans un potager

Alors si comme moi tu déteste l’idée de griller sur une serviette pendant des heures et que la seule vue d’une plage te fait flipper, voilà ta solution. En maillot de bain dans le jardin, un coup penché, un coup à quatre pates, un coup debout, un coup de face, un coup de côté…je t’assure qu’après 3 jours à jardiner, tu seras dorée à en faire pâlir les plus belles instagrameuses.

  • Ca aide même à se tirer dans les moments complexes.

Qui n’a pas rêvé secrètement de trouver LA bonne excuse pour se carapater au moment des bains des enfants ou de la préparation des repas????

Exemple (voix suave) : « Mon cœur, j’ai oublié d’arroser et il faut arroser le soir tu le sais bien. Je n’ai pas le choix, on peut pas perdre tout ce travail. J’en ai pour une petite demi-heure (+ ou – selon la taille du potager ». Attention car cette astuce peut également marcher pour l’autre. Il faut être le premier à dégainer.

  • Ça occupe sainement les enfants

Je veux dire qu’il vaut mieux passer deux heures à virer les cailloux de la parcelle façon Dalton  qu’à chasser des Pokemons ou geeker sur mon téléphone. Alors je les mets à contribution et j’en profite pour tenter de leur inculquer les vraies valeurs comme aider leur mère adorée chérie d’amour, respecter la nature, être patients, aimer le travail, demeurer persévérants….ouai bon j’abuse un peu.

Les freres Dalton
Les frères Dalton

 

Alors convaincus ????

Vous verrez!  C’est bientôt vous qui inonderez vos réseaux sociaux de tomates et de courgettes.

Atelier rempotage epicurium

L’Epicurium de Montfavet à Avignon avec les enfants

L’Epicurium d’Avignon : on se laisse tenter…

Ça fait bien 10 ans que je suis dans la région et que je connais l’existence de l’Epicurium d’Avignon. Je dois bien avouer que ça ne m’a jamais vraiment tentée. Je ne saurai pas dire pourquoi. D’abord, je m’imaginais que ce musée du végétal  était un énième marché producteur ou encore  un atelier thématique pour les « parisiens » qui ne sauraient pas faire la différence entre une courgette et un poivron. Bref, rien ne me destinait à m’y rendre. Mais j’ai fait la rencontre au Halles d’Avignon d’une ambassadrice du lieu qui a su détruire mes idées préconçues. Elle m’a convaincu de passer faire un tour à l’occasion et d’organiser une visite de l’épicurium avec les enfants.

Cette semaine fut la bonne. Deux jours fériés et un mercredi, il me fallait un programme de choc pour éviter le saccage de mon appartement par mes deux petits monstres en cage. J’ai réussi à caler la visite de l’Epicurium entre un cours de gym et un tour au manège.

Coté verger : balade au milieu des arbres fruitiers

On a commencé par tourner un peu car il faut bien dire que le lieu est mal indiqué. On se pense sur le  parking de Naturex et non au porte de cet univers végétal. Le parking est désert… L’inquiétude monte en moi!

Je repère une petite porte et une hôtesse très agréable me confirme que nous sommes au bon endroit. Elle nous invite à nous rendre coté verger pour démarrer par une activité de rempotage pour les petits.

On ne peut pas imaginer depuis le parking ce petit sentier fleuri et agréable qui nous permet de découvrir avec les enfants les différentes essences d’arbre fruitier de la région (abricotier, cerisier, vigne, amandier, pommier….). Chaque arbre est présenté par un petit texte simple et accessible aux enfants.

Chemin dans le verger de l'Epicurium

Un peu plus loin dans le chemin, un parcours sensoriel invite mes deux maraîchers en herbe à quitter leurs chaussures pour tester les sensations de marche pieds nus sur différents types de sol: rigolade assurée. Un ou deux virages plus loin, une serre abrite une multitude de fraises bien rouges et des boutures.

Mais revenons à notre atelier:  Cela n’aura pas duré très longtemps mais les enfants ont pu observer des jeunes pousses de basilic, de thym, de ciboulette et de menthe. Ils ont pu les rempoter et mettre de la terre partout. Sur les conseils de notre hôtesse, ils se sont montrés méticuleux et concentrés pour avoir le droit de ramener le fruit de leur petit pot à la maison. Je ne vous dis pas avec quelle fierté ils expliquent que cette ciboulette et que ce thym sont les fruits de leur travail.

Rempotage à l'Epicurium

La visite du verger se termine par l’observation d’une vaste ruche vitrée. Elle permet d’observer des milliers d’abeilles au travail. Je donne un petit cours de culture générale sur la fabrication du miel et sur l’importance de la sauvegarde des abeilles. Compte tenu de mon cadeau d’anniversaire (pour mémoire une ruche), c’était de bonne augure et les enfants ont été très attentifs.

Coté musée: le plaisir des ateliers sensoriels

J’ai vraiment été très agréablement surprise par cette partie. Plutôt habituée à la cité des sciences à Paris, je ne m’attendais pas au miracle. Mais bien au contraire, ce musée est certes petit mais on ne peut plus adapté aux enfants. Chaque atelier est simple, accessible et intéressant. Les ateliers sont participatifs et font appel aux cinq sens. La simplicité des explications et des jeux permettent de retenir l’attention des enfants d’avantage. Meme Automne, qui n’a pourtant que 5 ans a regardé  une vidéo sur la mise en sachets de la salade Florette. Gaspard, quant à lui, a super bien retenu les sept familles de légumes. Il m’organise depuis des devinettes à la maison.

Atelier sensoriel Epicurium

Bref c’est petit mais très bien pensé!

Coté potager: Le plaisir des sens

La encore, que du bonheur! Les enfants ont pu observer tout un tas de légumes en terre comme des artichauts et des asperges. Ils ont pu froisser sous leur doigts les différents types d’herbes aromatiques pour savourer la richesse des odeurs de mère nature. Ils ont même pu goûter au passage quelques fleurs comestibles comme le bleuet.

Potager Epicurium

.Comme on dit dans la région ils se sont régalés.

On reviendra volontiers musée du jardin

En résumé, on conseille à mort! C’est vraiment très chouette même si comme ça sur le papier ca fait pas rêver et qu’on se demande sur le parking ce qu’on fait ici. Que vous soyez du coté d’Avignon ou en vacances dans la région, Autome et Gaspard vous le recommande.

J’ai récupèré le programme car il semblerait que l’Epicurium organise des ateliers pour adultes autour de la cuisine et des ateliers pour enfants pendant les vacances scolaires.

Nous c’est sûr on reviendra!

Les enfants à la gymnastique

Les activités sportives des enfants.

Les activités sportives pour les enfants: Bonne ou mauvaise idée?

Tous les enfants pratiquent plus ou moins une activité extrascolaire et le plus souvent un sport. Pour certains, c’est un loisir qui permet au mieux d’améliorer le motricité. Pour d’autres, le sport et les compétitions deviennent une vraie passion qui les occupent sur des durées relativement importantes.

Le sport oui mais la compétition, pour moi, c’était NON!

Du coté de Samuel, le sport et la compétition sportive de tout ordre sont érigés en passion familiale. Chez moi la pratique sportive représente plutôt une option occupationnelle des mercredis après midi et des vacances.

Nous avons eu des dizaines de débats et de désaccords sur les activités sportives des enfants  :

  • Et si le sport prenait le pas sur l’école !
  • Le sport déforme les enfants !
  • Le sport à haut niveaux  rend les enfants monomiaques.  Il y a autre chose dans la vie.
  • Diversité ou intensité ? Il faut tout essayer plutôt que de se concentrer sur une seule activité. Pour l’ouverture d’esprit je veux dire…
  • J’en peux plus du Rugby…
  • Et le sport sur la console ? C’est pas du sport ça !
  • Tout cela jusqu’à interdire le sport à la télé dans notre future maison. Je m’égare…Je consacrerai un article sur la télé plus tard.

« Mon fils fait du sport »

Comme, il n’y a que les abrutis qui ne changent pas d’avis, j’ai décidé de tester « mon fils fait du sport » sans rechigner pendant un an.

Gaspard a opté (sur mes conseils avisés) pour un sport individuel : la gymnastique artistique masculine.

Il fallait un sport où il ne soit pas embêté dans ses vêtements ou avec un équipement, un sport qui ne m’oblige pas à subir des supporters bedonnants et agressifs au bord d’un terrain, un sport qui ne m’oblige pas à regarder la télé et enfin un sport pas trop loin de chez moi parceque je ne suis pas Uber.

La gym englobait – de prime abord en tout cas – tous ces points.

Une séance d’essai plus tard,  Gaspard semble avoir des petites aptitudes. Le voila donc dés la deuxieme séance propulsé dans l’équipe de compétition avec 2 entrainements de 2 heures par semaine. Ca commence mal pour moi mais je dois tenir mes resolutions.

Ma première impression m’étonne moi-même. Je me suis livrée au jeu avec pas mal de réticences au début mais et j’ai finit pas me prendre au jeu. Je dirai donc avec du recul qu’il y a des points positifs et des points négatifs à ce que votre enfant pratique un sport à un  bon niveau.

Les avantages de la pratique sportive d’un enfant :

  • Il ne sera pas le « petit gros » de la classe. Le sport est évidement bon pour la santé mais il l’est aussi pour l’apparence physique. Sans tomber dans la caricature, tous les enfants (filles et garçons) que je vois à la gymnastique sont plutôt minces et athlétiques.
  • Il se fera pleins de copains. Qu’il s’agisse d’un sport collectif ou individuel, il est clair que les enfants s’éclatent entre eux et tissent des liens forts. L’esprit de compétition renforce cet esprit d’équipe qui ne va pas de sois pour tous les enfants. Gaspard est plutôt solitaire et cette émulation collective lui fait le plus grand bien.
  • Il apprendra à perdre. En sport, on ne gagne pas à tous les coups. On trouve toujours plus fort que sois et ca ne peut pas faire de mal à nos petites têtes blondes « d’enfants roi ». Bienvenue dans la vraie vie.
  • Il dominera sa peur car ce n’est pas rien de rentrer sur un terrain ou dans un gymnase comme on rentre sur scène. Des centaines de spéctateurs (les parents) qui hurlent dans les gradins auront rapidement raison de toute timidité.
  • Il prendra gout au dépassement de sois. Pour gagner ou s’améliorer, il faut travailler. Cela parait banal mais on voit bien que « pas tant que ca » pour tout le monde. Alors c’est toujours ça de pris pour votre enfant.
  • Il sera fier de lui car dés fois, il gagnera et cela lui procurera un vif sentiment de bonheur et de plenitude où il se sentira invincible. De la fierte bien placée, c’est bon pour le moral.
  • Enfin un point tres important. Pensons à l’adolescence… Nous avons plusieurs options : soit votre ado est à fond dans un sport et rêve de jeux olympiques soit il fume des joins sur la place du village avec ses copains et son scooter. Moi je choisi la première option.
  • La pratique du sport enseigne le respect des autres et ça aussi ça mange pas de pain.
  • Enfin, cette année de pratique sportive a permis de créer des liens entre les enfants de samuel et les miens qui partagent, de ce fait, des passions communes.

Les inconvénients de la pratique sportive d’un enfant :

Apres ce déploiement de choses positives, il va me falloir etre honnête et vous dire la vérité sur les inconvénients…Car il y en a :

  • C’est pas compliqué, notre vie familiale est totalement rythmée par les activitéssportives des enfants. Et ça c’est drôle mais que 5 minutes. C’est bien simple:  entre les compétitions des uns et des autres, les tournois, les entrainements et les stages, je passe plus de temps au gymnase qu’a la maison.
  • Moi qui voulait un sport pas loin, je suis pas gâtée. Il y a beau n’y avoir que trois compétions dans l’année, elles sont à 200 Km de la maison. Il faut donc se taper cinq heures de route, poireauter 6 ou 7 heures pour attendre les résultats, supporter Gaspard qui râle parcque c’est long dans la voiture…Bref pourrir le WE.
  • Les autres parents sont très sympa mais très à fond. On doit retrouver ça dans tous les sports j’imagine…Une sorte de réussite par procuration. N’étant moi-même pas du tout habituée à ce genre de démonstrations vocales, je suis toujours assez éberluée par les cris et les commentaires des « adultes » qui m’entourent. Quand une mère de famille régresse en peste de douze ans et commente la couleur des justaucorps des jeunes filles, je me demande si cette transformation va opérer sur moi…Mon Dieu non !
  • Je ne sais pas par quel miracle, le fait de pratiquer un sport autorise implicitement à regarder ce même sport à la télé et dans la tenue adéquate je vous prie. Vous comprenez, c’est de l’actualité ! Ouai mais bon, on est pas obligé de supporter toute la famille en short, en jogging et en justaucorps affalée sur le canapé. Et puis c’est la porte ouverte aux chaines sportives…Quelle horreur!

Je vote pour la pratique sportive des enfants quand même.

Bon si je dois voter, je suis a fond pour la pratique sportive de mes enfants.

Gaspard et sa gymnastique me font craquer. J’adore le regarder, l’accompagner à ses compétitions malgré tout, le voir heureux et enthousiaste. J’adore le voir partager ca avec les enfants de Samuel et créer un pont entre nos deux modes de vie.

Donc Samuel 1 – Julie 0.

Je cède sur la pratique sportive des enfants car sur ce coup là tu avais raison.

Mais par contre, la télé, je ne cederai jamais !

On a aimé Croc-Blanc

Croc Blanc

En ce mercredi pluvieux de printemps, nous avons décidé d’aller au cinéma avec Automne et Gaspard voir Croc Blanc.

C’est toujours difficile de les mettre d’accord.

  •  Gaspard aime les dessins animés de « Grands » plutôt rythmés et si possible avec un peu de bagarre
  • Automne, du haut de ses bientôt 5 ans, rêverait d’un « Peppa Pig » de 90 minutes (d’ailleurs, on ne va pas y couper).

Pour ma part, je suis plutôt orientée Disney ou Pixar pour leur capacité à occuper les parents avec des allusions et des « privates jokes » qui ne s’adressent qu’aux adultes.

Lorsque nous sommes à 7, il n’y a pas ce problème. Il y a une équipe filles avec Automne, Charlotte et moi pour les trucs fifilles et une autre avec Samuel, Jules, Zoé et Gaspard qui s’accordent aisément sur le dernier Star Wars.

Mais pour aujourd’hui, il fallait faire à trois! Et nous avons trouvé le compromis parfait: Le dessin animé qui réconciliera les garçons, les filles et les parents: Croc-Blanc

Ce film est magnifique. Il est poétique, bien mené, doté de graphismes inhabituels mais magnifiques. Il a plu à Gaspard car il y a de l’action, de l’intrigue, des méchants et une jolie fin. Il a plu à Automne car, il y a un petit chien mignon, la maman du petit chien mignon, et le coté poétique et calme ainsi que des images moins agressives pour son âge. Il m’a plu car j’ai lu Croc-Blanc quand j’avais 10 ans et j’ai trouvé cela conforme à l’univers qui m’avait fait rêver à l’époque. Il est bien naturel de vous en parler et de vous encourager à aller le voir sans tarder…avant que le printemps arrive pour de bon.

Ici la bande annonce pour vous faire une idée: Bande annonce de Croc Blanc